Mobilis Sonore - création 2014

bandeau_mobilis-sonore

Sur un plateau de cinéma, le danseur est le perchman. Il est celui qui suit, qui sent, qui anticipe les mouvements des acteurs et leur rythme. Il est celui qui se doit de placer le microphone à l'endroit juste pour en tirer l'essence sonore de la mise en scène. Il est celui qui met son corps en jeu pour cela. Il est celui qui danse avec le son du vivant.
Sur scène, le danseur est celui qui est bien souvent sans voix. Il est celui qui est dévoué à une conscience corporelle de ce qu'il donne à voir, dans ses intentions, ses émotions. Il évolue par conséquent dans un référentiel qui est généralement strictement visuel.
qu'à l'élaboration de la conscience corporelle du perchman
réponde celle sonore du danseur.

Quels sont les enjeux ? Quelle contagion s'opère ?
Qui chasse qui ? Qui commente qui ? Qui représente qui ?

Il s'agit donc de s'attacher à faire écouter l'inaudible, le petit, l'oublié, afin de révéler l'émotion d'un effort physique et sa théâtralité. La narration s'inscrira dans ses textures sonores propres au plateau, dont le danseur est la source et le perchman le relais. Un duo étonnant et complémentaire dans lequel le jeu des corps et des sons ouvre une multiplicité d'échanges.

En savoir
 

Pénélope Matador - création 2012

bandeau_penelope-matador

À l'origine de ce spectacle, se trouve un questionnement, celui d'artistes issus d'une même génération, arrivée après les grands mouvements féministes, ayant grandi dans l'illusion d'une parfaite égalité entre les sexes. Si cette question du genre nous a paru pendant longtemps secondaire, elle nous est revenue comme un boomerang au moment des choix professionnels et n'a cessé dès lors de refaire surface. À travers une figure tendue entre deux extrêmes, Pénélope Matador, nous interrogeons de manière poétique cette illusion de pouvoir se détacher du genre, d'être un corps de femme sans normes sociales.

La chorégraphie d'Elsa Decaudin cherche à réintroduire de l'étrangeté dans cette curieuse féminité prétendument naturelle, à la mettre à distance du corps. L'accordéon, interprété sur scène par Elodie Soulard fait écho à ces tiraillements et paradoxes qui parcourent le corps à travers un répertoire allant du classique au contemporain. Les deux artistes dialoguent avec une scénographie évolutive et mouvante : univers poétique et métaphorique, seconde peau ou machinerie implacable avec laquelle les interprètes entrent parfois en conflit, parfois en osmose.

En savoir
 

LIKI - création 2009

bandeau_liki

Liki nous invite au voyage, à l'élan en avant, à l'errance.
C'est l'histoire d'un personnage étrange et lunaire parcourant différents univers - réels ou rêvés -, où les situations croisées ne manquent ni d'humour, ni de poésie.
Envisagée comme une partition pour trois interprètes et leurs médiums, cette nouvelle création allie danse, projections photographiques, composition musicale et spatialisation sonore.

En savoir
 

SYNTONIE – création 2007

bandeau_syntonie

Pièce danse/photographie/son en temps réel

Avec cette pièce, Pulx fait se rencontrer au même moment et dans le même espace trois langages, celui de la danse, de la photographie et du son pour créer une oeuvre originale et atypique.
Composée d'un ensemble de six tableaux, Syntonie propose un univers singulier, sensible, poétique, drôle, voir burlesque.
La structure dramaturgique est construite mais subsiste toujours une part d'improvisation. Cette pièce dite « en temps réel » est fabriquée en direct et à vue.

En savoir
 

SYNDROME – création 2005

bandeau_syndrome

Duo danse/musique

Ce duo danse-musique traduit l'aboutissement d'un passionnant travail de recherche sur le syndrome Gilles de la Tourette. La musique et la danse y sont entrelacées comme l'identité de la personne tourettienne peut l'être avec son syndrome.
Entre rejet et fusion : entre continuel questionnement sur soi : non figé : en mouvement vers un mieux toujours inaccessible. Ce sont les regards qui sont anormaux - oui oui - : la différence appartient à cet immense semblable qui est : (à quelque chose près) : totalement nous ».

En savoir
 


Représentations passées

B.I.R.D.S : Murmure (Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon), un certain narcissisme (Montpellier), Focal (Perpignan), Aire de je(u) (Montpellier), duo (Lyon), Un fil à la patte (Langogne), Dans la Serre (Théza), Plouf (Grand-Corent), La laiterie (Montpellier), Ailleurs (Living-room, Montpellier), Ailleurs (Un lieu quelque part, Aveyron), Contenir (Recto-Verso, Montpellier), Lacet (Montpellier), Piratage de files d'attentes (Montpellier), Totale impro (Saint-Jean de Buèges), Servuss (Munich), Les Ensorsalées (Salin de Giraud), Dériv2e (Rosière), Dériv1e (Montpellier)

Recettes à Danser : 25 recettes dansées depuis mars 2010 (à Bourg-en-Bresse, Alès, Celleneuve, Paris, Montpellier, Macon, Lodève, Sète)

Syntonie : Festi'val d'arts numériques - Embrun, théâtre Marcel Pagnol - Villeneuve-Tolosane, VAD (international video and digital arts festival) - Gerone, à l'Aire - Montpellier, MJC de Béziers, la Tannerie - Barjols, SP de Salles-Curan (12), festival Uzès Danse, Théâtre de l'Agora, Evry, La Zone - Liège (Belgique), SP de Bras et Barjols, Théâtres en Dracénie-Draguignan, Cap festival, Caplongue (12), SP de Creissan (34).

Liki - 6 versions présentées : à la Chartreuse - Villeneuve-lez-Avignon, à l'O Espaço do Tempo - Montemor-o-Novo (Portugal), au festival Uzès danse, au festival Tanz im August - Berlin, SP de Sainte-Juliette- sur- Viaur (12) et à la Chapelle - Montpellier (34).

Pénélope Matador : étape de création au théâtre Kantor de l'ENS de Lyon, puis pièce présenté à la salle polyvalente de Ceignac (Aveyron) et au KLAP (Marseille).


Documents

  • Bt_extraits_video
  • Bt_calendrier